Pouvoir se rencontrer en présentiel, mais aussi grâce à la visioconférence ©ADB

Les services dédiés à la vie associative de la ville de Lormont ont convié les responsables des diverses associations locales à une réunion d’échanges le 27 février dernier. « Comment pouvons-nous vous aider, concrètement, à traverser la crise sanitaire ? » Telle était la question posée par Jean Touzeau, maire de la commune.

Lormont compte 350 associations qui œuvrent dans tous les domaines : sport, culture, solidarité, citoyenneté… « Vous êtes une force irremplaçable. Sans vous, nous ne sommes rien ! …Vous êtes la deuxième famille pour les jeunes, notamment ceux qui résident dans l’habitat collectif. Nous sentons aujourd’hui un vide immense qui se constitue. Nous allons tout faire pour éviter la disparition de certains d’entre vous », affirme Jean Touzeau.
Aides pour le déroulement des assemblées générales, prêt de salles équipées avec une ligne Zoom dédiée, fonds exceptionnels de soutien, maintien des activités en lien avec le centre social, constituaient le menu de la matinée.

“Sans vous, nous ne sommes rien !”

Comment rebondir ?
Pour le rugby, le principe des gestes barrière est difficile à respecter… « Aujourd’hui, tout est à l’arrêt. La saison est terminée », précise le président. « Les joueurs peuvent cependant rendre à la commune les aides qu’elle nous apporte. Par solidarité, nos jeunes ne pourraient-ils pas participer à des chantiers de rénovation d’immeubles, comme celui du club par exemple ? Une occasion pour les motiver. »
On sent que l’inquiétude règne chez les responsables associatifs, avec une forte baisse des adhérents et des perspectives incertaines. Pour le badminton, « le moral est à la baisse. On a besoin d’y retourner mais est-ce qu’on repartira un jour ? En septembre ? ».

Alain Duleu-Burré